3 papas

Nando von Arb

296 pages
Format 16,5 x 21,5 cm
ISBN 978-2-916254-76-0
Parution : mars 2020

Catégorie :

25,00 

Description

Le petit Nando n’a pas un, ni deux, mais trois papas ! 
Le premier, son père biologique, s’est séparé de sa mère alors qu’il n’avait pas deux ans. Amateur d’art, il emmène souvent le petit Nando dans les musées pour contempler les peintures et sculptures. Le deuxième, Kiko, ex-compagnon de sa maman et père de sa plus grande sœur, rend régulièrement visite à la petite famille et adore divertir les enfants avec ses jeux et ses pitreries.
Le troisième, Zélo, est le partenaire actuel de sa mère qui vit avec eux.

Le petit garçon va grandir entouré de ces trois figures paternelles qui vont l’initier à l’art, lui transmettre la passion du dessin et l’aider à se construire.

Qui ose encore dire qu’une famille se résume à un papa, une maman ?
 Avec 3 PAPAS, Nando Von Arb prouve qu’il existe bien différentes formes de famille. Dans ce livre autobiographique, il raconte son enfance passée auprès d’une maman triste et de trois hommes. Trois modèles masculins qui ont compté chacun à leur manière dans le développement du jeune garçon. L’histoire est racontée à travers le regard du petit Nando dont la représentation semble tout droit sorti d’un dessin d’enfant (un bonhomme patate avec deux points pour les yeux et deux traits pour les bras). Avec ce dessin à la force primitive et cet univers allégorique très personnel , Nando Von Arb nous ouvre grand les bras de son enfance et nous touche en plein cœur !

Lire les premières pages

PRIX SUISSE DU LIVRE JEUNESSE 2020 (Journées littéraires de Soleure)

“Avec beaucoup de fantaisie et d’inventivité graphique, il mixe dessin faussement enfantin et style animalier pour donner une forme originale à cette histoire de famille pas comme les autres. Emouvant et attendrissant.”
Vincent Brunner, Les Inrockuptibles

“Nando von Arb ne fait pas que regarder son enfance, il capte le regard baroque de l’enfant. […] Admirable dans sa maîtrise de la séquentialité, aussi habile dans sa façon d’épurer que de saturer le cadre, le jeune auteur suisse-allemand signe surtout un premier livre touchant de fragilité.”
Marius Chapuis, Libération